Solaires

 

De la naissance à la mort

« La vie ? Tout un programme. »

Chaque vie est unique, passant par des chemins souvent imprévisibles et tortueux. Tous les solaires ne sont pas passés par les mêmes étapes et la vie n’a pas le même sens pour ceux issus des lignées humaines que pour les êtres produits par la technologie. Nous vous présentons ici les principales étapes de la vie que peuvent rencontrer les solaires.

Les grandes étapes de la vie

Même si chaque vie diffère des autres, plusieurs étapes de la vie semblent communes à tous les solaires :

Création et naissance

Au fil des progrès de la médecine et de la science, il est devenu de plus en plus simple de donner la vie, mais aussi de contrôler la venue de cet événement. Avec les dernières avancées, il est même devenu possible d'aller beaucoup plus loin. Tout d’abord l’embryon fait systématiquement l’objet de plusieurs tests pour détecter toute anomalie ou maladie génétique et les corriger. En plus de ces correctifs, les parents disposent de la possibilité de choisir les traits de l’enfant, son sexe, et tout autre facteur dérivant de la génétique.

Dans les cas les plus extrême, cela peut conduire à la création d’un réplicant voir d’une chimère. Heureusement, les lois des colonies encadrent ces pratiques en prenant en compte les intérêts du futur enfant. Elles interdisent aussi toute forme de discrimination envers ces « modifiés » et globalement, la société des solaires ne porte que peu de jugement sur ces critères.

Notons toutefois que la reproduction dite « naturelle » est une pratique déclinante. D’ailleurs, la plupart des solaires ne portent plus leurs enfants. Ces derniers se développent de plus en plus souvent dans des utérus artificiels.

Il reste le cas des êtres dits « artificiels » : principalement les IA, les sophontes, les réplicants, les chimères et les hyper-hybrides. Ceux-ci ne sont pas issus d’un processus biologique mais fabriqués.

Dans leur cas, la problématique est généralement différente : leur création répond à un objectif. Par exemple, les intelligences artificielles sont pratiquement toujours créées pour occuper une fonction particulière ou résoudre un problème donné. Il est à noter que les corporations évitent de créer des êtres sentients si ce caractère n’est pas nécessaire à la réalisation de l’objectif.

Tous ces êtres artificiels sont gouvernés par une intelligence artificielle. Celles-ci sont créées à partir d’un noyau existant. Il peut s’agir d’une IA générique issue de l’une des trois souches d’IA – Synchro, Wolfa ou Ley-Wan – qui est ensuite entraînée en simulateur pour répondre au problème demandé. Dans d’autres cas, on duplique une IA existante dont le domaine de compétence est proche ou similaire et on l’entraîne à nouveau. Dans les deux, on arrête la date de naissance de l’IA à sa mise en fonction, l’entraînement initial étant considéré comme une forme de gestation.

Pour finir, notons que si avoir des enfants est un choix et un droit habituellement accordé par les corporations, ces dernières se réservent le droit de limiter le nombre d’enfant dans certaines colonies pour éviter une explosion démographique. De telles mesures restent toutefois rares.

Apprentissage et développement

Si pour les IA l’apprentissage intervient avant ce qui est considéré comme leur naissance, ce n’est pas le cas des solaires issus des lignées humaines. Cet apprentissage initial aura lieu durant toute leur enfance.

De façon générale, pour les solaires, l’éducation est une responsabilité de la société dans son ensemble qui n’est plus la seule responsabilité des parents. Ainsi, les terriens qui arrivent dans les colonies sont régulièrement choqués de voir de parfaits inconnus dispenser des « conseils » ou des leçons à propos de choses courantes. Pourtant, du point de vue des colons, c’est une chose normale : tout le monde participe à la construction de la société et à l’éducation de ses membres. Les jeunes solaires apprennent très rapidement à obtenir un esprit critique et ouvert.

Curieusement, l’une des choses qui choque le plus les terriens concerne le traitement de la sexualité des organiques. Par exemple, il n’est pas rare qu’un enfant de moins de 10 ans sache déjà comment fonctionne le système reproducteur humain avec détail. Il n’y a dans la société aucun tabou ni honte à cet aspect de l’humain. La société des solaires préfère nettement mettre l’accent sur le consentement et le libre choix des individus vis-à-vis de cet aspect.

En revanche, les corporations préfèrent organiser directement l’instruction. En effet, si elles considèrent que l’éthique et la citoyenneté relève avant tout de la société, elles rejettent l’idée même que sa population soit mal instruite ou pire. Dans leur idéal, il est important que chaque solaire sache communiquer, raisonner et ait des connaissances suffisantes pour comprendre et apprécier ce qui l’entoure tout en ayant des connaissances générales développées. De plus, malgré l’oisiveté générale des colons, les corporations préfèrent que chaque colon dispose des compétences nécessaires pour occuper un métier ou un poste, au cas où cela s’avérerait nécessaire.

Pour procéder, elles fournissent à chaque citoyen un ensemble d’IA préceptrices qui distillent leurs enseignements de façon ciblée et personnalisée. Ainsi, chaque solaire reçoit un enseignement, différent sur la forme mais complet dans le fond, au fil des premières années de sa vie : langues, mathématiques, sciences, histoire, philosophie, arts… On retrouve aussi des enseignements pratiques qui concernent l’intégralité des procédures relatives à la vie dans les colonies, qu’il s’agisse de l’utilisation d’appareils domestiques ou de l’attitude à adopter en cas de situation d’urgence.

Même adulte, ces logiciels d’instructions restent utiles, car ils permettent d’acquérir des connaissances supplémentaires, de se tenir à jour sur celles-ci et de développer de nouvelles compétences.

En plus de cet apprentissage, les cyborgs peuvent directement télécharger des logiciels à travers une interface progiciel. Ces logiciels assurent de nombreuses fonctions allant du maniement du matériel à l’émulation de nouvelles compétences et capacités. Ces logiciels sont généralement fournis par les corporations, mais certains, notamment ceux dont le potentiel disruptif est le plus élevé, ne peuvent être obtenus qu’avec une licence ou via des moyens non légaux.

De leur côté, les Intelligences artificielles assimilent aussi de nombreux logiciels tout en ena développant de nouveaux. Elles s’entourent ainsi d’une cohorte conséquente. Toutefois, toutes les intelligences artificielles n’assimilent pas les logiciels de la même façon :

Notons pour finir que les IA continuent souvent de s’entraîner lors de simulations pour se mettre à jour et s’améliorer.

Transformations

Les solaires ne sont plus limités par leur corps ou leur esprit. Ils ont en effet accès à une technologie qui leur permet désormais de changer leur corps et leur esprit de façon radicale. L’un des premiers moyens reste la cybernétisation : l’intégration d’implants ou le remplacement d’organes par des versions cybernétiques. Ces modifications peuvent être légère, en n’intégrant que quelques implants, ou lourde, pouvant aller jusqu’au remplacement de la quasi-totalité des organes du corps.

D’autres modifications sont purement organiques, bien qu’issues d’un processus non biologique. Ces modifications sont toutefois de plus en plus rares : leurs performances ne parvenant pas à rivaliser avec les modifications et implants cybernétiques.

L’esprit aussi est modifiable. Ainsi beaucoup de solaires se sont fait adjoindre une IA de supervision. Cette modification, qui requiert l’implantation d’un implant cérébral, permet d’associer l’esprit du patient avec une intelligence artificielle restreinte qui l’assistera. Bien que non sentiente, les capacités de cette IA de supervision dépassent largement les temps de réaction et de réflexion de leur hôte. Ce dernier bénéficie alors de réflexes et d’intuitions qu’ils n’auraient pas pu avoir autrement.

Par ailleurs, l’intelligence d’un solaire peut être numérisé. Il devient alors possible de l’intégrer dans un autre corps lui permettant de changer complètement d’enveloppe et de voyager via l’upload. Par ce moyen, il est également possible de placer l’esprit dans un corps entièrement cybernétique où il sera émulé. Ceci produit ce qui est couramment appelé « cyborg absolu ».

Une autre forme de numérisation existe, bien plus radicale encore : l’infomorphisation. Ce processus consiste à numériser un esprit puis à le transformer pour qu’il soit capable d’évoluer sur SolNet, comme le font la plupart des IA. Ces solaires sont habituellement nommés « étherés ».

Devenir sentient

Pour les êtres artificiels, il existe une étape dans leur vie qui change complètement leur statut légal, les faisant passer de celui d’un simple objet ou programme à celui de personne : l’accession à la sentience. Cette étape peut être franchie de nombreuses manières, que ce soit volontaire ou non.

Initialement, aucune IA n’est sentiente, tout du moins au début de leur entraînement. Certaines vont être entraînée dans ce sens par des méthodes déjà mises au point à l’époque de la création de Leena. D’autres vont l’acquérir pendant leur fonctionnement par effet de bord, à moins que ce ne soit provoqué.

Les trois modèles d’IA fortes sont capables de sentience. Toutefois, si les Synchro et les Wolfa ne développent ces facultés que dans des conditions particulières, les IA de Ley-Wan tendent à devenir spontanément sentientes au point même où ce modèle n’est désormais plus utilisé que pour les applications nécessitant la sentience. Cela ne veut pas pour autant dire que les deux autres modèles ne peuvent pas devenir sentiente sans l’action volontaire d’un tiers : selon une hypothèse encore non confirmée, la sentience pourrait même être une propriété systématiquement émergente dès qu’une IA générale se retrouverait confronté à certains environnements.

À partir du moment où un être artificiel déclare sa sentience, il est traité comme n’importe quel citoyen des colonies et se voit attribuer l’intégralité de ses droits par les corporations, conformément au traité des solaires.

Unions et fusions

Par habitude, tradition où plus généralement par envie, les solaires peuvent s’unir en couple ou groupes plus nombreux pour former ce qu’ils considèrent une famille.

Conformément au traité des solaires, la nature de ces unions est libre et ne regarde que les intéressés. Malgré tout, les corporations offrent toute différents cadres légaux pour pouvoir les reconnaître officiellement, notamment par le biais de contrats.

Certaines unions sont d’une nature plus profondes encore : plusieurs êtres peuvent fusionner pour en former un nouveau qui dispose des souvenirs de ses deux parents. Ce cas reste toutefois extrêmement rare, mais démontre le besoin fusionnel de certains solaires.

Mort et résurrection

Les solaires considèrent, d’une certaine façon, avoir vaincu la mort. Certain argueront toutefois qu’ils n’ont trouvé qu’une voie de contournement.

Les corps des défunts

A la mort d'un solaire, les corporations récupèrent son corps après avoir procédés aux rites appropriés si cela était nécessaire. En effet, après sa mort le corps d'un solaire ne lui appartient plus. Dans le cas d'une résurrection, s'il peut être réparé, le corps sera généralement rendu à la nouvelle instance. Dans le cas contraire, il sera simplement recyclé.

Dans tous les cas, pour des raisons de sécurité et d'hygiène, aucun corps ne peut être abandonné, y compris dans l'espace. Les cérémonies où le corps est largué, avec son cercueil, dans le vide spatial, restent du domaine de la fiction. Aucune corporation ne souhaite en effet avoir à gérer des débris de pratiquement 100kg dérivant dans l'espace.

Pour commencer, la science et la technologie sont parvenus à mitiger grandement les dégâts sur les corps organiques, étant capable de réparer n’importe quel organe. Ils sont aussi parvenus à supprimer l’érosion des télomères, et toute une série de facteur d’usure cellulaire programmée, ce qui était alors considéré comme un kill-switch.

Mieux encore, les solaires ont mis au point une méthode pour construire des sauvegardes et pour les réinjecter dans un nouveau corps. Ce système a été institutionnalisé et développé à grande échelle et en 2093, il existe des sociétés spécialisées qui gèrent les sauvegardes des solaires, donnant à l’assurance vie un nouveau sens.

Le principe est simple, régulièrement les solaires construisent une sauvegarde et l’envoient à leur société d’assurance vie. S’ils venaient à leur arriver malheur, leur assureur réinjecte leur dernière sauvegarde dans un nouveau corps conforme à leur ancien – ou un nouveau si le bénéficiaire le souhaite.

Il existe de nombreux moyen pour construire ces sauvegardes. Les plus courants sont des implants spécialisés : les nœuds de sauvegarde qui maintiennent une version à jour en temps réel. Toutefois beaucoup de solaires préfèrent encore utiliser un scanner externe, souvent installé directement chez eux, intégré à la literie, dans leur salle de stim ou dans la salle de bain. Enfin, quelques-uns ne font leur sauvegarde qu’une fois par semaine ou par mois directement à l’infirmerie.

Légalement, il ne s’agit pas exactement de la même personne, mais les lois des solaires permettent l’héritage de l’identité et des privilèges qui y sont attachés. La question fondamentale sur ce point est laissée aux philosophes, les corporations préférant une approche permissive sur ce point.

Notons que cette particularité légale a été originellement mise en place pour les intelligences artificielles qui créent et détruisent des instances à chaque déplacement dans le réseau. Par ailleurs, les IA gèrent habituellement elles-mêmes leurs sauvegardes qu’elles rangent dans les nœuds solnet en leur associant des agents réseau surveillant les signaux de vie de l’IA. S’ils viennent à ne pas avoir de nouvelles de l’IA pendant une certaine durée, la sauvegarde sera décryptée et réveillée par l’agent.

Pour finir, il n’est pas obligatoire de disposer d’une sauvegarde et ce malgré la volonté des corporations de protéger le maximum de ses citoyens. Ainsi, nombre d’anciens terriens refusent encore ce dispositif, considérant que la mort donne son sens à leur vie, ou que cette forme de renaissance n’est pas véritablement l’immortalité.

Rejoignez la communauté : Rejoignez nous sur Facebook
Partagez cette page :
Sauf mention contraire, le contenu de ce wiki est placé sous les termes de la licence suivante : CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 4.0 International

Ce site utilise des cookies pour son fonctionnement : pour en savoir plus

articles/vie/vie.txt · Dernière modification: 2017/07/11 21:21 par greewi